Que fait-on?

À une époque où les ressources humaines et financières de notre système de santé sont comptées, le pouvoir apaisant de la nature peut avoir un rôle important à jouer. Investir dans des structures naturelles telles des murs vivants, des jardins apaisants peut avoir des effets positifs tangibles aussi bien sur les personnes que sur les finances du système de santé.

Lorsque les patients ont tendance à se rétablir plus vite, à  leur consommation de médicaments et à nécessiter un suivi moindre, les institutions de santé peuvent réaliser d’importantes économies.

Il s’agit d’une situation où tout le monde est gagnant, puisque les patients, leurs familles, le personnel soignant et le système de santé en général peuvent tirer avantage de quelque chose de très simple, faire entrer la nature à l’intérieur des établissements de soins de santé.

Les avantages des espaces verts thérapeutiques ne bénéficient pas qu’aux seuls enfants et patients âgés qui souffrent de diverses maladies ou affections. La présence de verdure peut également avoir un effet positif important sur les membres des familles des patients et sur le personnel hospitalier. Faire appel au pouvoir apaisant de la nature a donc une incidence aussi bien sur les personnes que sur le système de santé publique. 

Les preuves sont indéniables et les avantages, immenses. Au moment de la conception de leurs bâtiments, de plus en plus d’hôpitaux aux États-Unis et en Europe prévoient une place pour des espaces verts, des jardins thérapeutiques et des murs vivants. Toutefois, pas plus tard qu’en 2012, aucun hôpital canadien n’avait encore laissé entrer la nature dans ses salles d’attente. Et c’est cette constatation surprenante qui est à l’origine de la mise sur pied de la Fondation oublie pour un instant.

Fidèle à sa vision, LA FONDATION OUBLIE POUR UN INSTANT  espère que, dans les années à venir, les hôpitaux, les centres de réadaptation et les unités de soins de longue durée à travers le Canada penseront à prévoir systématiquement une place pour la nature au moment de concevoir leurs bâtiments, qu’ils soient neufs ou rénovés. Une fois que la nature sera entrée à l’intérieur des murs, les patients et les résidents en milieu institutionnel ainsi que leurs familles et le personnel soignant pourront commencer à en apprécier directement le pouvoir apaisant. 

LA FONDATION OUBLIE POUR UN INSTANT est d’avis que cela aidera à faire connaître et à considérer avec plus de respect le pouvoir apaisant de la nature et qu’ainsi, le désir de protéger et de respecter cette dernière s’en trouvera accentué.